Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
TOP

La liberté dans le viseur des drones de l’Assemblée Nationale

Les député.e.s LREM ont déposé le 20 octobre une proposition de loi pour la sécurité dans les manifestations qui sera votée le 4 novembre. On y trouve notamment la légalisation de l’utilisation des drones par les forces de l’ordre et l’interdiction de filmer les policiers en manifestations.

Le gouvernement se sert du contexte d’urgence sanitaire, octroyant beaucoup de pouvoirs aux forces de l’ordre, et du contexte des attentats qui attise les peurs et angoisses communes, pour faire passer en procédure accélérée des mesures liberticides.

Nous craignions au début du premier confinement de voir la pérennisation de l’atteinte à nos libertés, nous y sommes !
Si ce texte passe en l’état la police pourra utiliser les drones. Si il est prévu de prévenir les citoyen.ne.s de leur utilisation, cette obligation est levée lorsqu’elle contrevient au but recherché. C’est donc la mise en place des outils pour le fichage et la surveillance de masse.

Enfin, pour finaliser l’arsenal liberticide, qui vient en complément des mesures du quinquennat précédent de la loi renseignement et de l’état d’urgence, l’interdiction de filmer les policiers, sous peine de 45 000 euros d’amende et d’1 an d’emprisonnement. C’est la fin de la publicité des actions de police publiques. Vous ne pourrez plus témoigner des violences policières, plus documenter les manifestations, plus demander de compte à vos forces de l’ordre.

L’alerte sur ce texte lancée par la quadrature du Net doit tou.te.s nous mobiliser, où ces mesures viendront rapidement entraver notre liberté et notre justice.
Les Radicaux de Gauche appellent les député.e.s de tous les partis, à rejeter les amendements 21, 22 et 24 pour le bien commun, pour tou.te.s les français.e.s.

Please follow and like us:
error
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial