Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
TOP

Laïcité, contribution de Marc Horwitz

Non M. le Président nous ne confondons pas tout ! C’est bien sur la laïcité qui est au cœur de la république que nous aimerions vous entendre à un moment où votre majorité se déchire sur la question du « voile », du « foulard islamique ». Il vous faut clarifier au plus vite votre position.

Nous sommes, comme vous, convaincus qu’il faut combattre le communautarisme. Est-ce que cela ne commence pas par affirmer, comme a pu le dire très justement le ministre de l’Éducation nationale, que « le voile n’est pas souhaitable chez les accompagnantes scolaires » même si les textes en vigueur ne l’interdisent pas ? Prenez des décisions claires, interdisez ce « voile qu’on ne saurait voir » et pour que les directeurs d’école ne soient plus seuls face à un problème qui les met en porte-à-faux, trouvons des solutions alternatives pour accompagner nos enfants dans les sorties scolaires. Détachez des agents de la fonction publique, faites intervenir des jeunes dans le cadre du service civique par exemple, pour que la laïcité garde une place pleine et entière à l’école publique, celle qu’elle a gagnée dès la fin du 19e siècle. L’école se doit de défendre le respect de la liberté de conscience des enfants dans une période où ils se construisent.

N’oublions pas que, malgré tous les discours contraires, une très grande majorité des femmes qui portent le voile, sont, consciemment ou non, instrumentalisées par des hommes qui souhaitent que l’islam soit de plus en plus visible dans notre société. Il faut que cessent la polémique et les passions qu’elle déchaîne. Il est essentiel et urgent de revenir à ce qu’est réellement la laïcité : ce n’est pas une arme de combat contre les religions, c’est tout au contraire un moyen de défendre efficacement les valeurs qui sont les nôtres à commencer par la liberté de conscience, la liberté d’expression et l’égalité des droits et de l’égalité femme-homme.

Il est par conséquent temps que M. Président de la République que vous teniez votre promesse de vous exprimer sur la laïcité. Vous devez, en premier lieu, réaffirmer votre engagement de ne pas vous attaquer à la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État.

 

Nous, Les Radicaux de Gauche, souhaiterions que vous alliez plus loin, que vous reconnaissiez le 9 décembre comme « Journée de la laïcité ». Nous sommes également favorables à ce que les deux premiers articles de la loi de 1905 qui est l’un des fondements de la République française, soient « constitutionnalisés ». Il doit être « en même temps », mis fin aux « exceptions françaises », ces régimes dérogatoires survivances d’un passé révolu, ces privilèges exorbitants encore accordés à quelques cultes. Il convient ainsi de supprimer le Concordat et l’enseignement religieux à l’école publique dans les départements de la Moselle et du Rhin, d’abroger l’ordonnance de… 1828 sur le financement de l’église catholique en Guyane et les dispositions particulières qui existent à Mayotte et dans les Collectivités d’outre-mer sans remettre en cause les régimes particuliers dans les domaines non religieux dont disposent ces territoires dès lors qu’ils constituent une avancée sociale significative.

 

Victime il y a quelques semaines d’une insupportable campagne d’insultes, campagne qui n’a pas cessé, le philosophe Henri Peña-Ruiz que Les Radicaux de Gauche ont reçu à leur université d’été à Montpellier en septembre dernier, aime à rappeler que « la laïcité rend possible la coexistence de personnes d’origines très diverses, [qu’] il ne s’agit pas de nier les différences mais de faire vivre une sphère commune à tous par-delà les options personnelles, dont aucun n’est privilégiée ». Nous nous inscrivons dans cette ligne de pensée et estimons, comme Henri Pena-Ruiz, que « cet universalisme est source de paix ».

 

Contribution de Marc Horwitz
Les Radicaux de Gauche – LRDG

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial